◄ Fascicule 35
Partie 2 ▲
Fascicule 37 ►
Fascicule 36

Les Porteurs de Vie

LA vie ne prend pas naissance spontanément. Elle est construite selon les plans formulés par les Architectes de l’Être (non révélés) et apparait sur les planètes habitées soit par importation directe, soit comme résultat des opérations des Porteurs de Vie des univers locaux. Ces Porteurs de Vie comptent parmi les membres les plus intéressants et les plus doués de la famille diversifiée des Fils d’univers. Ils sont chargés d’élaborer la vie des créatures et de la porter aux sphères planétaires. Après avoir implanté cette vie sur ces mondes nouveaux, ils y restent pendant de longues périodes pour favoriser son développement.

1. Origine et nature des Porteurs de Vie

36:1.1

Bien que les Porteurs de Vie appartiennent à la famille de filiation divine, ils sont un type particulier et distinct de Fils d’univers car ils constituent dans un univers local le seul groupe de vie intelligente à la création duquel les dirigeants du superunivers participent. Les Porteurs de Vie sont les descendants de trois personnalités préexistantes : le Fils Créateur, l’Esprit-Mère de l’Univers et, par désignation, l’un des trois Anciens des Jours présidant aux destinées du superunivers intéressé. Ces Anciens des Jours, seuls à pouvoir décréter l’anéantissement de la vie intelligente, participent à la création des Porteurs de Vie qui sont chargés d’établir la vie physique sur les mondes en évolution.

36:1.2

Dans l’univers de Nébadon, nos archives mentionnent la création de cent-millions de Porteurs de Vie. Ce corps efficace de disséminateurs de vie n’est pas un groupe vraiment autonome. Il est dirigé par le trio déterminateur de vie composé de Gabriel, du Père Melchizédek et de Nambia, le Porteur de Vie originel et premier-né de Nébadon. Mais, dans toutes les phases de son administration divisionnaire, il est autonome.

36:1.3

Les Porteurs de Vie sont classés en trois grandes catégories : premièrement les Porteurs de Vie séniors, deuxièmement les assistants et troisièmement les conservateurs. La catégorie primaire est subdivisée en douze groupes de spécialistes des diverses formes de manifestation de la vie. La ségrégation en trois catégories fut effectuée par les Melchizédeks qui conduisirent des expériences à cet effet sur la sphère-siège des Porteurs de Vie. Depuis lors, les Melchizédeks ont toujours été étroitement associés aux Porteurs de Vie et les accompagnent toujours lorsqu’ils partent pour implanter la vie sur une nouvelle planète.

36:1.4

Quand une planète évolutionnaire est définitivement ancrée dans la lumière et la vie, les Porteurs de Vie s’organisent en corps délibératifs supérieurs à capacité consultative pour contribuer à l’administration et au développement ultérieur du monde et de ses êtres glorifiés. Dans les âges postérieurs et bien établis d’un univers évoluant, de nombreuses nouvelles charges sont confiées aux Porteurs de Vie.

2. Les mondes des Porteurs de Vie

36:2.1

Les Melchizédeks exercent la surveillance générale du quatrième groupe de sept sphères primaires dans le circuit de Salvington. Ces mondes des Porteurs de vie sont désignés comme suit :

36:2.2

1. Le siège des Porteurs de Vie.

36:2.3

2. La sphère des projets de vie.

36:2.4

3. La sphère de conservation de la vie.

36:2.5

4. La sphère de l’évolution de la vie.

36:2.6

5. La sphère de la vie liée au mental.

36:2.7

6. La sphère du mental et de l’esprit chez les êtres vivants.

36:2.8

7. La sphère de la vie non révélée.

36:2.9

Chacune de ces sphères est entourée de six satellites sur lesquels sont centrées les phases spéciales de toutes les activités des Porteurs de Vie dans l’univers.

36:2.10

Le monde numéro un, la sphère-siège, ainsi que ses six satellites tributaires, est consacré à l’étude de la vie universelle, la vie dans toutes ses phases de manifestations connues. C’est là qu’est situé le collège des projets de vie où fonctionnent des maitres et des conseillers d’Uversa, de Havona et même du Paradis. J’ai la permission de révéler que les sept emplacements centraux des esprits-mentaux adjuvats sont situés sur ce monde des Porteurs de Vie.

36:2.11

Le nombre 10, base du système décimal, est inhérent à l’univers physique, mais non à l’univers spirituel. Le domaine de la vie est caractérisé par 3, 7 et 12, ou par des multiples et des combinaisons de ces trois nombres fondamentaux. Il existe trois plans de vie primordiaux et essentiellement différents, suivant l’ordre des trois Sources-Centres du Paradis, et, dans l’univers de Nébadon, ces trois formes fondamentales de vie sont séparées sur trois types différents de planètes. Originellement, il y avait douze concepts distincts et divins de la vie transmissible. Ce nombre 12, avec ses subdivisions et ses multiples, se retrouve dans tous les modèles fondamentaux de vie des sept superunivers. Il existe aussi sept types architecturaux de modèles vitaux, sept combinaisons fondamentales des configurations de reproduction de la matière vivante. Les modèles de vie d’Orvonton sont organisés sous la forme de douze porteurs d’hérédité. Les différents ordres de créatures volitives sont organisés suivant les nombres 12, 24, 48, 96, 192, 384 et 768. Sur Urantia, les cellules sexuelles de la reproduction humaine comportent quarante-huit unités de contrôle archétypal – les déterminateurs de caractéristiques.

36:2.12

Le monde numéro deux est la sphère des projets de vie ; c’est là que s’élaborent tous les nouveaux modes d’organisation de la vie. Les modèles de vie originaux sont fournis par le Fils Créateur, mais la mise en œuvre effective des plans est confiée aux Porteurs de Vie et à leurs associés. Lorsque les plans généraux de vie pour un nouveau monde ont été formulés, ils sont transmis à la sphère-siège, où ils sont minutieusement scrutés par le conseil suprême des Porteurs de Vie séniors en collaboration avec un corps consultatif de Melchizédeks. Si les plans s’écartent des formules précédemment admises, il faut que le Fils Créateur en décide et les approuve. Le chef des Melchizédeks représente souvent le Fils Créateur dans ces délibérations.

36:2.13

La vie planétaire comporte donc de nombreuses variantes sur chaque monde évolutionnaire, tout en y restant similaire sous certains rapports. Même dans une série de vie uniforme d’une seule famille de mondes, la vie n’est pas exactement la même sur deux planètes données. Il existe toujours un type planétaire, parce que les Porteurs de Vie fournissent un effort constant pour améliorer les formules vitales confiées à leur garde.

36:2.14

Les modèles d’origine et les nombreuses variantes fonctionnelles de base des manifestations de vie sont constitués par plus d’un million de formules chimiques fondamentales ou cosmiques. Le satellite numéro un de la sphère des projets de vie est le royaume des physiciens et des électrochimistes universels qui servent d’assistants techniques aux Porteurs de Vie dans le travail consistant à capter, organiser et manipuler les unités essentielles d’énergie employées pour bâtir les véhicules matériels de transmission de la vie, ceux que l’on désigne sous le nom de plasma germinatif.

36:2.15

Les laboratoires planétaires de projets de vie sont situés sur le second satellite de ce monde numéro deux. Les Porteurs de Vie et tous leurs associés collaborent avec les Melchizédeks dans ces laboratoires, en faisant des efforts pour modifier, et peut-être améliorer, la vie à implanter sur les planètes décimales de Nébadon. La vie qui évolue aujourd’hui sur Urantia fut préparée et partiellement élaborée sur ce monde même, car Urantia est une planète décimale, un monde expérimental de vie. Neuf mondes sur dix ne sont pas expérimentaux. Sur le dixième, il est permis de s’écarter davantage des modèles de la vie.

36:2.16

Le monde numéro trois est consacré à la conservation de la vie. Les assistants et les conservateurs du corps des Porteurs de Vie y étudient et y développent divers modes de protection et de préservation de la vie. Pour chaque monde nouveau, les plans de vie prévoient toujours que l’on installera de bonne heure la commission de conservation de la vie, composée de conservateurs spécialisés dans la manipulation experte des modèles de vie fondamentaux. Sur Urantia, il y eut vingt-quatre commissaires conservateurs de cet ordre, deux pour chaque modèle fondamental ou ancestral de l’organisation architecturale des matériaux de vie. Sur des planètes comme la vôtre, la forme de vie la plus élevée est reproduite par un faisceau porteur de vie comprenant vingt-quatre unités modèles. (Et, puisque la vie intellectuelle se développe en partant de la vie physique et en s’appuyant sur elle, c’est ainsi que les vingt-quatre ordres fondamentaux d’organisation psychique viennent à l’existence.)

36:2.17

La sphère numéro quatre et ses satellites tributaires sont consacrés à l’étude de l’évolution de la vie des créatures en général, et aux antécédents évolutionnaires de chaque niveau de vie en particulier. Il faut que le plasma vital originel d’un monde évolutionnaire contienne dans sa plénitude le potentiel nécessaire à toutes les variations de développement futures et à tous les changements et modifications évolutionnaires ultérieurs. Les dispositions à prendre pour des projets de métamorphoses vitales ayant une aussi grande portée peuvent nécessiter l’apparition de nombreuses formes, apparemment inutiles, de vie animale et végétale. Ces sous-produits prévus ou imprévus de l’évolution planétaire n’apparaissent au stade de l’action que pour disparaitre, mais, dans et à travers tout ce long processus, court le fil des formules sages et intelligentes établies par les auteurs originaux du plan de vie planétaire et du développement des espèces. Les multiples sous-produits de l’évolution biologique sont tous essentiels pour que les formes supérieures de vie intelligente puissent fonctionner pleinement et définitivement, bien qu’une grande disharmonie extérieure puisse prévaloir de temps en temps dans la longue lutte ascendante des créatures supérieures pour acquérir la maitrise des formes inférieures de vie, dont beaucoup sont parfois si opposées à la paix et au confort des créatures évoluantes douées de volonté.

36:2.18

Le monde numéro cinq s’occupe entièrement de la vie associée au mental. Chacun de ses satellites est consacré à l’étude d’une seule phase du mental de la créature relié à la vie de la créature. Le mental tel que les hommes le comprennent est un don des sept esprits-mentaux adjuvats, surimposé par les agents de l’Esprit Infini, aux niveaux du mental non enseignable ou machinal. Les modèles de vie réagissent diversement à ces adjuvats et aux divers ministères spirituels opérant dans les univers du temps et de l’espace. La capacité des créatures matérielles de réagir spirituellement dépend entièrement de leurs dotations mentales associées, qui à leur tour ont orienté le cours de l’évolution biologique de ces mêmes créatures mortelles.

36:2.19

Le monde numéro six est consacré à la corrélation entre le mental et l’esprit tels qu’ils sont associés dans les formes et organismes vivants. Ce monde et ses six satellites tributaires englobent les écoles de coordination des créatures où des maitres, venant de l’univers central et du superunivers, collaborent avec des instructeurs de Nébadon pour présenter les niveaux les plus élevés auxquels les créatures peuvent aboutir dans le temps et l’espace.

36:2.20

La septième sphère des Porteurs de Vie est consacrée aux domaines non révélés de la vie évolutionnaire des créatures en liaison avec la philosophie cosmique de la factualisation croissante de l’Être Suprême.

3. Transplantation de la vie

36:3.1

La vie n’apparait pas spontanément dans les univers ; sur les planètes stériles, il faut qu’elle soit instaurée par les Porteurs de Vie. Ils sont les transporteurs, les disséminateurs et les gardiens de la vie telle qu’elle apparait sur les mondes évolutionnaires de l’espace. Toute la vie des espèces et des formes connues sur Urantia surgit par ces Fils, bien que les formes de vie planétaire n’existent pas toutes sur Urantia.

36:3.2

Le corps des Porteurs de Vie mandatés pour implanter la vie sur un monde nouveau se compose habituellement de cent porteurs séniors, cent assistants et mille conservateurs. Les Porteurs de Vie transportent souvent le plasma vital même sur un monde nouveau, mais pas toujours. Ils organisent parfois les modèles de vie après leur arrivée sur leurs planètes d’affectation, et conformément à des formules antérieurement approuvées pour une nouvelle aventure d’établissement de la vie. Telle fut l’origine de la vie planétaire sur Urantia.

36:3.3

Quand les modèles physiques conformes aux formules approuvées ont été fournis, alors les Porteurs de Vie catalysent ces matériaux inanimés en leur communiquant à travers leur personne l’étincelle vitale d’esprit, et aussitôt les modèles inertes deviennent de la matière vivante.

36:3.4

L’étincelle vitale – le mystère de la vie – est conférée par l’entremise des Porteurs de Vie, mais ne vient pas d’eux. Il est vrai qu’ils supervisent l’opération et qu’ils élaborent le plasma vital lui-même, mais c’est l’Esprit-Mère de l’univers qui fournit le facteur essentiel du plasma vivant. C’est de la Fille Créative de l’Esprit Infini que provient l’étincelle d’énergie qui anime le corps et laisse présager le mental.

36:3.5

En conférant la vie, les Porteurs de Vie ne transmettent rien de leur nature personnelle, pas même sur les sphères où de nouveaux ordres de vie sont projetés. À ces moments-là, ils se bornent à faire jaillir et à transmettre l’étincelle de vie – à faire démarrer les rotations nécessaires de la matière selon les spécifications physiques, chimiques et électriques des plans et modèles prescrits. Les Porteurs de Vie sont de vivantes présences catalytiques qui agitent, organisent et vitalisent les éléments, par ailleurs inertes, de l’ordre matériel d’existence.

36:3.6

Pour établir la vie sur un monde nouveau, les Porteurs de Vie d’un corps planétaire se voient accorder un certain délai, environ un demi-million d’années du temps de la planète en question. À la fin de cette période, marquée par certains aboutissements dans le développement de la vie planétaire, ils cessent leurs efforts d’implantation et il leur est désormais interdit d’ajouter quoi que ce soit de neuf ou de supplémentaire à la vie de cette planète.

36:3.7

Durant les âges compris entre l’établissement de la vie et l’émergence de créatures humaines ayant un statut moral, les Porteurs de Vie sont autorisés à manipuler le milieu vital et à orienter favorablement par ailleurs le cours de l’évolution biologique. Ils agissent de la sorte pendant de longues périodes.

36:3.8

Lorsque les Porteurs de Vie opérant sur un monde nouveau ont réussi une fois à produire un être doué de volonté, ayant pouvoir de décision morale et de choix spirituel, leur travail prend fin – ils en ont fini, ils ne peuvent manipuler davantage la vie évoluante. L’évolution des créatures vivantes doit désormais se poursuivre conformément à la dotation inhérente à leur nature et aux tendances déjà imprimées et fixées dans les formules et les modèles de la vie planétaire. Les Porteurs de Vie n’ont pas la permission d’expérimenter avec la volonté ou de s’immiscer dans la volonté ; il leur est interdit de dominer ou d’influencer arbitrairement des créatures morales.

36:3.9

Lors de l’arrivée d’un Prince Planétaire, ils prennent leurs dispositions de départ, mais deux porteurs séniors et douze conservateurs peuvent faire des vœux temporaires de renonciation et se porter volontaires pour rester sur la planète pendant un temps indéterminé, en tant que conseillers en matière de développement ultérieur et de conservation du plasma vital. Deux de ces Fils et leurs douze associés servent présentement sur Urantia.

4. Les porteurs de vie Melchizédeks

36:4.1

Dans chacun des systèmes de mondes habités de tout Nébadon, il existe une sphère unique où les Melchizédeks ont fonctionné comme porteurs de vie. Ces résidences s’appellent les mondes midsonites des systèmes, et, sur chacun d’eux, un Fils Melchizédek matériellement modifié s’est accouplé avec une Fille sélectionnée de l’ordre matériel de filiation. Les Mères Èves de ces mondes midsonites proviennent du siège de juridiction du système, ayant été choisies par ce porteur de vie Melchizédek. Elles sont choisies parmi les nombreuses volontaires qui ont répondu à l’appel adressé par le Souverain du Système aux Filles Matérielles de sa sphère.

36:4.2

Les descendants d’un porteur de vie Melchizédek et d’une Fille Matérielle sont connus sous le nom de midsonitaires. Le père Melchizédek de cette race de créatures célestes finit par quitter la planète où il a exercé sa fonction vitale exceptionnelle, et la Mère Ève de cet ordre spécial d’êtres de l’univers s’en va aussi quand apparait la septième génération de sa descendance planétaire. La direction de ce monde passe alors à son fils ainé.

36:4.3

Les créatures midsonites vivent et fonctionnent sur leurs mondes magnifiques comme êtres reproducteurs jusqu’à ce qu’elles soient âgées de mille ans standards, sur quoi elles sont transférées ailleurs par transport séraphique. Après cela, les midsonitaires ne peuvent plus se reproduire, parce que la technique de dématérialisation par laquelle ils passent pour être transportables par des séraphins les prive définitivement de leurs facultés reproductrices.

36:4.4

Le présent statut de ces êtres ne peut guère être qualifié de mortel ou d’immortel, et l’on ne peut pas non plus les classer nettement comme humains ou comme divins. Ces créatures ne sont pas habitées par un Ajusteur, donc elles ne sont pas tout à fait immortelles. Mais elles ne paraissent pas non plus mortelles ; aucun midsonitaire n’est passé par la mort. Tous les midsonitaires nés dans Nébadon sont encore vivants aujourd’hui. Ils fonctionnent soit sur leurs mondes d’origine, soit sur des sphères intermédiaires, soit sur la sphère midsonite de Salvington dans le groupe de mondes des finalitaires.

36:4.5

Les mondes des finalitaires de Salvington. Les porteurs de vie Melchizédeks ainsi que les Mères Èves associées quittent les sphères midsonites systémiques pour les mondes des finalitaires du circuit de Salvington, où leurs descendants sont aussi destinés à se réunir.

36:4.6

Il y a lieu d’expliquer, à cette occasion, que le cinquième groupe de sept sphères primaires dans le circuit de Salvington est celui des mondes des finalitaires de Nébadon. Les enfants des porteurs de vie Melchizédeks et des Filles Matérielles sont domiciliés sur le septième monde des finalitaires, la sphère midsonite de Salvington.

36:4.7

Les satellites des sept mondes primaires des finalitaires sont le lieu de rencontre des personnalités de l’univers central et des superunivers qui se trouvent en mission dans Nébadon. Les mortels ascendants peuvent aller et venir librement sur tous les mondes culturels et les sphères éducatives des 490 mondes englobant l’Université Melchizédek, mais l’accès de certaines écoles spéciales et de nombreuses zones réservées leur est défendu. Cette interdiction joue particulièrement pour les quarante-neuf sphères placées sous la juridiction des finalitaires.

36:4.8

Le but des créatures midsonites n’est pas présentement connu, mais il semblerait que ces personnalités se rassemblent sur le septième monde finalitaire pour se préparer à une éventualité future dans l’évolution de l’univers. Nos demandes de renseignements au sujet des races midsonites sont toujours soumises aux finalitaires, et ceux-ci refusent toute discussion sur la destinée de leurs pupilles. Indépendamment de notre incertitude au sujet de l’avenir des midsonitaires, nous savons que chaque univers local d’Orvonton héberge une accumulation croissante de ces créatures mystérieuses. Les porteurs de vie Melchizédeks croient que leurs enfants midsonites recevront, un jour, de Dieu l’Ultime, le don transcendantal et éternel de l’esprit d’absonité.

5. Les sept esprits-mentaux adjuvats

36:5.1

C’est la présence des sept esprits-mentaux adjuvats sur les mondes primitifs qui conditionne le cours de l’évolution organique ; cela explique pourquoi l’évolution est préméditée et non accidentelle. Ces adjuvats représentent cette fonction du ministère du mental de l’Esprit Infini qui est étendue jusqu’aux ordres inférieurs de vie intelligente par l’intermédiaire de l’Esprit-Mère d’un univers local. Les adjuvats sont les enfants de l’Esprit-Mère de l’Univers et constituent son ministère personnel auprès du mental matériel des royaumes. Quel que soit le lieu ou le temps où se manifeste un tel mental, ces esprits sont diversement en fonction.

36:5.2

Les sept esprits-mentaux adjuvats ont reçu des noms qui équivalent aux désignations suivantes : intuition, compréhension, courage, connaissance, conseil, adoration et sagesse. Ces esprits-mentaux font sentir leur influence sur tous les mondes habités sous forme d’une impulsion différentielle, chacun recherchant la capacité de réception lui permettant de se manifester tout à fait indépendamment du degré de réceptivité et des occasions de fonctionner rencontrées par ses compagnons.

36:5.3

Les emplacements centraux des esprits adjuvats sur le monde-siège des Porteurs de Vie indiquent aux superviseurs des Porteurs de Vie l’étendue et la qualité de la fonction mentale des adjuvats sur n’importe quel monde et dans n’importe quel organisme vivant donné ayant statut intellectuel. Ces foyers du mental vivant sont de parfaits indicateurs de fonctions mentales vivantes pour les cinq premiers adjuvats. Mais, en ce qui concerne les sixième et septième esprits-adjuvats – adoration et sagesse – ces points d’appui centraux ne traduisent qu’une fonction qualitative. L’activité quantitative de l’adjuvat d’adoration et de l’adjuvat de sagesse s’enregistre en la présence immédiate de la Divine Ministre sur Salvington, car il s’agit d’une expérience personnelle de l’Esprit-Mère de l’Univers.

36:5.4

Les sept esprits-mentaux adjuvats accompagnent toujours les Porteurs de Vie sur une nouvelle planète, mais il ne faudrait pas les considérer comme des entités. Ils ressemblent davantage à des circuits. Les esprits des sept adjuvats de l’univers ne fonctionnent pas comme personnalités distinctes de la présence universelle de la Divine Ministre ; ils sont en fait un de ses niveaux de conscience et restent toujours subordonnés à l’action et à la présence de leur mère créative.

36:5.5

Nous manquons de terminologie pour désigner d’une manière adéquate ces sept esprits-mentaux adjuvats. Ils sont ministres de niveaux inférieurs du mental expérientiel, et nous pouvons les décrire comme suit dans l’ordre d’aboutissement évolutionnaire :

36:5.6

1. L’esprit d’intuition – la perception rapide, les instincts réflexes physiques primitifs inhérents à toutes les créations mentales, leur faculté d’orientation et les diverses formes de leur instinct de conservation. C’est le seul adjuvat qui fonctionne si largement dans les ordres inférieurs de vie animale, et le seul qui établisse un contact fonctionnel étendu avec les niveaux non enseignables du mental machinal.

36:5.7

2. L’esprit de compréhension – l’impulsion de coordination, l’association d’idées spontanée et apparemment automatique. C’est le don de coordonner les connaissances acquises, le phénomène du raisonnement vif, du jugement rapide et de la décision prompte.

36:5.8

3. L’esprit de courage – le don de fidélité. Chez les êtres personnels, il est la base de la formation du caractère, la racine intellectuelle de la vigueur morale et de la bravoure spirituelle. Quand cet esprit est illuminé par les faits et inspiré par la vérité, il devient le secret de l’impulsion de l’ascension évolutionnaire par les voies de la gouverne autonome intelligente et consciente.

36:5.9

4. L’esprit de connaissance – la curiosité, mère de l’aventure et de la découverte, l’esprit scientifique, le guide et le fidèle associé des esprits de courage et de conseil, l’impulsion à orienter les dons de courage dans des sentiers de croissance utiles et progressifs.

36:5.10

5. L’esprit de conseil – l’impulsion sociale, le don de coopération avec l’espèce, l’aptitude des créatures volitives à s’harmoniser avec leurs compagnons, l’origine de l’instinct grégaire chez les créatures plus humbles.

36:5.11

6. L’esprit d’adoration – l’impulsion religieuse, la première impulsion différentielle séparant les créatures mentales en deux règnes fondamentaux d’existence mortelle. L’esprit d’adoration distingue à tout jamais l’être animal, auquel il est associé, des créatures sans âmes douées de mental. L’adoration est l’insigne de la candidature à l’ascension spirituelle.

36:5.12

7. L’esprit de sagesse – la tendance naturelle chez toutes les créatures morales à progresser au sein d’une évolution ordonnée. Cet adjuvat est le plus élevé des sept ; c’est l’esprit qui coordonne et articule le travail de tous les autres. Cet esprit est le secret de l’impulsion innée des créatures mentales à entamer et à soutenir le programme effectif et pratique de l’échelle ascendante de l’existence ; ce don des choses vivantes qui explique l’incompréhensible aptitude des créatures vivantes à survivre, et à utiliser dans leur survie la coordination de toute leur expérience passée et de toutes les occasions présentes pour acquérir la totalité de ce que les six autres ministres mentaux peuvent mobiliser dans le mental de l’organisme intéressé. La sagesse est l’apogée des performances intellectuelles. La sagesse est le but d’une existence purement mentale et morale.

36:5.13

Les esprits-mentaux adjuvats croissent en expérience, mais ne deviennent jamais personnels. Ils évoluent dans leur fonction ; et la fonction des cinq premiers adjuvats dans le règne animal est, dans une certaine mesure, essentielle pour permettre à l’ensemble des sept de fonctionner comme intellect humain. Cette relation avec les animaux rend les adjuvats plus pratiquement efficaces en tant que mental humain ; les animaux sont donc, dans une certaine mesure, indispensables à l’évolution intellectuelle de l’homme aussi bien qu’à son évolution physique.

36:5.14

Ces adjuvats mentaux de l’Esprit-Mère d’un univers local sont reliés à la vie des créatures, ayant statut d’intelligence, d’une manière fort analogue à la liaison des centres de pouvoir et des contrôleurs physiques avec les forces non vivantes de l’univers. Ils rendent des services inestimables dans les circuits mentaux des mondes habités ; ils collaborent efficacement avec les Maitres Contrôleurs Physiques, qui servent aussi de contrôleurs et directeurs des niveaux mentaux préadjuvats, les niveaux non enseignables ou machinaux du mental.

36:5.15

Avant l’apparition de la capacité d’apprendre par expérience, le mental vivant relève du domaine des Maitres Contrôleurs Physiques. Avant d’acquérir l’aptitude à reconnaitre la divinité et à adorer la Déité, le mental des créatures est le domaine exclusif des esprits adjuvats. Lorsque la sensibilité spirituelle de l’intellect des créatures apparait, le mental créé devient aussitôt supermental et se trouve immédiatement encircuité dans les cycles spirituels de l’Esprit-Mère de l’univers local.

36:5.16

En aucune manière les esprits-mentaux adjuvats ne sont directement reliés à la fonction variée et hautement spirituelle de l’esprit de la présence personnelle de la Divine Ministre, le Saint-Esprit des mondes habités ; mais ils sont fonctionnellement antérieurs et préparatoires à l’apparition de ce même esprit chez l’homme évolutionnaire. Les adjuvats procurent à l’Esprit-Mère de l’Univers un contact varié avec les créatures matérielles vivantes d’un univers local et un contrôle sur elles, mais ils ne produisent pas de répercussion chez l’Être Suprême quand ils agissent sur les niveaux prépersonnels.

36:5.17

Le mental non spirituel est soit une manifestation d’énergie de l’esprit, soit un phénomène d’énergie physique. Même le mental humain, le mental personnel, ne possède pas de qualités de survie en dehors de son identification avec l’esprit. Le mental est un don de divinité, mais il n’est pas immortel quand il fonctionne sans clairvoyance spirituelle et qu’il est dépourvu de l’aptitude à adorer et à désirer la survie.

6. Les forces vivantes

36:6.1

La vie est à la fois mécaniste et vitaliste – matérielle et spirituelle. Les physiciens et les chimistes d’Urantia progresseront toujours dans leur compréhension des formes protoplasmiques de la vie animale et végétale, mais jamais ils ne seront capables de produire des organismes vivants. La vie est quelque chose qui diffère de toutes les manifestations d’énergie. Même la vie matérielle des créatures physiques n’est pas inhérente à la matière.

36:6.2

Les choses matérielles peuvent jouir d’une existence indépendante, mais la vie ne jaillit que de la vie. Le mental ne peut dériver que d’un mental préexistant. L’esprit ne prend son origine que chez des ancêtres d’esprit. La créature peut produire les formes de la vie, mais seule une personnalité créatrice ou une force créative peut fournir l’étincelle vivante animatrice.

36:6.3

Les Porteurs de Vie peuvent organiser les formes matérielles ou modèles physiques des êtres vivants, mais c’est l’Esprit qui fournit l’étincelle initiale de vie et confère la dotation du mental. Même les formes vivantes de la vie expérimentale que les Porteurs de Vie organisent sur leurs mondes de Salvington sont toujours dépourvues de pouvoirs reproducteurs. Quand les formules de vie et les modèles vitaux sont correctement assemblés et convenablement organisés, la présence d’un Porteur de Vie est suffisante pour inaugurer la vie, mais il manque à ces organismes vivants deux attributs essentiels – le don du mental et les pouvoirs reproducteurs. Le mental animal et le mental humain sont des dons de l’Esprit-Mère de l’univers local fonctionnant par l’intermédiaire des sept esprits-mentaux adjuvats, tandis que l’aptitude des créatures à se reproduire est l’apport spécifique et personnel de l’Esprit de l’Univers au plasma vital ancestral inauguré par les Porteurs de Vie.

36:6.4

Quand les Porteurs de Vie ont élaboré les modèles de vie après avoir organisé les systèmes d’énergie, un phénomène supplémentaire doit encore se produire ; il faut que « le souffle de vie » soit communiqué à ces formes inanimées. Les Fils de Dieu peuvent construire les formes de vie, mais c’est l’Esprit de Dieu qui fournit réellement l’étincelle vitale. Et, quand la vie ainsi communiquée est épuisée, le corps matériel qui subsiste redevient de la matière morte. Quand la vie octroyée est épuisée, le corps retourne au sein de l’univers matériel auquel il a été emprunté par les Porteurs de Vie pour servir de véhicule provisoire à la dotation de vie qu’ils avaient transmise à cette association visible d’énergie-matière.

36:6.5

La vie attribuée aux plantes et aux animaux par les Porteurs de Vie ne retourne pas aux Porteurs de Vie après la mort de la plante ou de l’animal. La vie qui abandonne la créature vivante ne possède ni identité ni personnalité ; elle ne survit pas individuellement à la mort. Durant son existence et le temps de son séjour dans le corps matériel, elle a subi un changement, une évolution énergétique, et survit seulement comme fraction des forces cosmiques de l’univers ; elle ne survit pas en tant que vie individuelle. La survie des créatures mortelles est entièrement basée sur l’évolution d’une âme immortelle à l’intérieur du mental mortel.

36:6.6

Nous parlons de la vie comme d’une « énergie » et d’une « force », mais en réalité elle n’est ni l’une ni l’autre. L’énergie-force est diversement sensible à la gravité, la vie ne l’est pas. L’archétype n’est pas non plus sensible à la gravité, étant une configuration d’énergies qui ont déjà rempli toutes les obligations réactionnelles envers la gravité. La vie par elle-même constitue l’animation d’un système d’énergies – matérielle, mentale ou spirituelle – conforme à un archétype ou sélectionné d’une autre manière.

36:6.7

Certaines choses se rapportant à l’élaboration de la vie sur les planètes évolutionnaires ne sont pas tout à fait claires pour nous. Nous comprenons pleinement l’organisation physique des formules électrochimiques des Porteurs de Vie, mais nous ne saisissons pas complètement la nature et la source de l’étincelle animatrice de vie. Nous savons que la vie découle du Père, passe par le Fils et se répand par l’Esprit. Il est plus que probable que les Maitres Esprits sont le canal septuple du fleuve de vie répandu sur toute la création. Mais nous ne comprenons pas la technique par laquelle le Maitre Esprit superviseur participe à l’épisode initial du don de la vie à une nouvelle planète. Nous sommes persuadés que les Anciens des Jours jouent aussi un rôle dans l’implantation de la vie sur un monde nouveau, mais nous en ignorons complètement la nature. Nous savons que l’Esprit-Mère de l’Univers vitalise effectivement les modèles inanimés et communique au plasma ainsi activé les prérogatives de reproduction des organismes. Nous remarquons que ce trio représente les niveaux de Dieu le Septuple et que ses membres sont parfois appelés les Créateurs Suprêmes du temps et de l’espace, mais autrement nous n’en savons guère plus que les mortels d’Urantia – simplement que le concept est inhérent au Père, l’expression, au Fils et la réalisation vivante, à l’Esprit.

36:6.8

[Rédigé par un Fils Vorondadek stationné sur Urantia comme observateur, et agissant en cette qualité sur requête du Chef Melchizédek du Corps Révélateur Supervisant.]


◄ Fascicule 35
Haut
Fascicule 37 ►
Le Livre d’Urantia

Traduction française © Fondation Urantia. Tous droits réservés.